06 juin 2009

Ce qu’une Demi-Langue de Bœuf peut faire - deux façons coréennes

P1180429

Marinée sautée
P1180480

Pochée à saucer

C’est la petite fête à l’arrivée d’une demi-langue de bœuf chez une petite famille de deux personnes. Un organe d’un grand animal est toujours impressionnant et je me sens tout petit en comparant la taille de ma langue à celle de bœuf.
Combien d’humain un bœuf peut nourrir par son lait et son corps ? C’est beaucoup. Une vraie animal-mére nourricière. Et aussi on sait bien que l’on n’a pas besoins de manger tout le temps la viande. Par conséquent, nous n’avons pas besoin, pour se nourrir correctement, autant de bœuf et de vache sur la terre à tel point que leurs pets deviennent nuisibles à l’environnement… Un comique absurde.
L’importance de l’expérience de cuisine, même en tant que simples assistants (comme les enfants regardant leur parent cuisiner) est aussi dans la TRAÇABILITE MENTALE : Quand on ne fait que manger déjà servi à la table,   on n’a pas d’idée sur ce qu’on mange. Cette abstraction  de la matière première crée une rupture entre la nature et nous. Une langue-de-bœuf découpée, parée de la sauce et de condiments, dressés proprement sur une assiette ne procure pas grande sensation. Devenu une viande, donc « une chose », notre bœuf à qui appartenait cette langue est réduit à une vulgaire chose consommable.
Alors quand je cuisine moi-même, c’est tout en bruit autour de cette demi langue de bête: ma copine, à la fois peureuse et curieuse de sa pose «LANGUEreusement» pendue et de ses papilles étranges, n’arrête pas de dire « berk » en dépouillant sa peau dure (mais je précise qu’elle adore ce plat !). Quant à moi,   je me frisonne en admirant l’anatomie parfaite que la nature a fait. Cette effervescence amusante vient du fait que l’on peut imaginer la bête entière vivante d’après ce morceau. C’est ça la traçabilité mentale non rompue qui permet d’avoir une relation normale entre celui qui mange et celui qui est mangé

Une demi langue fait sans problème 4-5 portions. Je l’ai cuisiné en deux façons coréennes.
FAçON 1: Marinée puis sauté à la poêle.

P1180423
Découpez en tranches fines, n'ayez pas peur, la partie blanche n'est la graisse, c'est elle qui donne la texture molle et élastique tout en restant maigre comme viande
P1180424

Laissez macérer de 2h jusqu'à une nuit entière dans la sauce de soja sucré-salé
(Sauce soja 2càs, Vin blanc 1càs, Ciboule hachée 1càs (ou blanc de poireau), Purée de poire 2 càs, Sucre ou miel 0,5 càs, Ail haché 1-2 càc selon vos goûts, Huile de sésame grillé 1càs, Sésame grillé écrasé 0,5càc, Poivre)

P1180427

Sautez rapidement dans une poêle très chaude

P1180430

Suggestion de présentation formellement personnelle
du riz restant et de légumes à la vapeur restant
un mélange-tout à la façon décontracté familiale typiquement asiatique
c'est toujours délicieux

FAçON 2 : Cuisine d’O (clicquez pour savoir de quoi il s'agit)
Simplement bouillie en entier dans l’eau avec des épices (un bon verre de vin blanc, poireau entier, gingembre, poivre ou d'autres parfum que vous aimez, PAS DE SEL)

P1180483

P1180470Pensez à mettre la viande quand l'eau bout. (mais les epices sont mis dés le début)
Cuisson à basse température: très longtemps, 1h - 1h 30
Servi en tranches fines avec une sauce Denjang (miso 40g, Sucre 1càc, Vinaigre 4càc, Huile de Sésame grillé ou d’Olive 1càs, un peu de Gingembre en poudre ou frais haché,  Mente ou Basilique)
+ un filet d'huile d'olive sur la viande,
J'ai utilisé en guise de vinaigre le jus de Radis rose vinaigré , ça ajoute un goût profonde, une complexité de la saveur dans le sauce Denjang

Posté par Luna k à 15:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Ce qu’une Demi-Langue de Bœuf peut faire - deux façons coréennes

    ces plats de langue me laissent bouche bée ...
    Plus sérieusement, elle n'est pas trop dure la langue avec une aussi courte cuisson (cf la langue marinée) ? J'ai toujours cru que ce truc devait cuire pendant des heures ^^

    Posté par marion, 07 juin 2009 à 17:30 | | Répondre
  • Dans la cuisine française, on fait cuire la langue entière pendant au moins 2 heures dans un bouillon. On l'accommode ensuite dans une sauce tomate, ou une sauce un peu aigre-douce, avec du vinaigre et des cornichons, qui se rapproche un peu de ta 2° manière.
    Marinée et sautée, c'est étonnant, mais c'est bien ça qu'on vient chercher ici: l'étonnant !

    Quant à la traçabilité mentale: c'est très vrai. Aujourd'hui la nourriture achetée toute prête dans des barquettes ou dans des sachets devient une chose abstraite, alors que c'est toujours du vivant en réalité, ce qui entre en nous et nous fait vivre.

    Posté par Marie-Claire, 07 juin 2009 à 17:57 | | Répondre
  • Nick répond- à propos de la cuisson de langue

    Dans la marinade, le POIRE (remplaçable par kiwi ou ananas) a une fonction d'attendrissement de viande, le sucre, l'alcool aussi. il est donc très conseiller de laisser mariner assez longtemps.
    En outre, le fait qu'elle soit en tranches très minces (0,2cm), on sent pas caoutchouc, mais élastique, c'est vraimment une texture interessante.
    UN ASTUCE POUR une DÉCOUPE MINCE: Congeler la viande légèrement.Elle tient solide, on découpe plus habliement.
    Si vous habitez à Paris, vous pouvez gouter ce plat chez "korean barbecue", très bon, provablement meilleur que le mien (un peu jaloux)
    Aprçu du restaurant par un blog:
    http://cuisine.alexy2k.fr/2009/03/10/korean-barbecue/
    Assurez vous je n'ai aucun lien avec ce resto.

    Posté par nick, 07 juin 2009 à 21:24 | | Répondre
  • Oh mais que voilà deux bonnes idées... j'adore ça, mais je n'en fais pas, ne sachant pas la faire comme je la mangeais petite fille (à la façon française)... j'essaierai...
    J'adore les langues d'agneau aussi, mais on n'en trouve pas trop facilement, dommage...

    Posté par Bénédicte, 08 juin 2009 à 14:45 | | Répondre
Nouveau commentaire