01 juil. 2013

« Cheong » Sirop fermenté de fruit (ou de légume) sans cuisson

 Le « cheong » désigne en coréen le sirop fermenté obtenu à partir d'un végétal cru. La fermentation démarre grâce aux enzymes et aux microbes présents naturellement dans les végétaux. Simplement macéré dans le sucre ou le miel, dispensé de la cuisson, le suc « vivant » se conserve longtemps tout en gardant les micro-nutriments du produit cru. Le processus de fermentation semblable au vinaigre sauf que le taux de sucre est plus élevé.
Le cheong a donc un aspect diététique intéressant, cependant, on le fabrique surtout pour son gout acidulé sucré fusionné dans le parfum du végétale choisi. Il s'utilise dans de nombreuses recettes de sucré-salé pour son apport de l'épaisseur légère, ce qui est différent d'autres agents sucrants touffus comme miel, sucre ou sirop de céréale.

 

sirop alcool

Ce cheong de prune est mis en bocal au 13 septembre 2012
Encore 2mois et demi à attendre pour sa première bougie


Le cheong peut remplacer avantageusement les soda de commerce en le diluant avec l'eau pétillante ou plate. Bien sur, ce sera de l'eau chaude en hiver pour en faire une tisane haut en parfum (recette du thé de coing ici). On profite pleinement des vitamines de fruits frais (ou de légumes), et de plus, du plus-value venant de la fermentation.

 

Cheong rhubarbe

Boisson au cheong de rhubarbe avec un filet de jus de citron
Riche en vitamines et saveur légere

 

Côté culinaire, j'utilise le chung par exemple pour mariner la viande, le Bulgogi ou le Galbi (cote de boeuf à la mode coréenne), les poissons (il arrange bien l'odeur de poisson). Il ajoute la longueur de saveur bien plus riche que le sucre sans alourdir ! Il est parfait pour confire les légumes ou les viandes avec la sauce de soja. (l'image ci-dessous Confit de caille et navets-pomme de terre, recette à venir)

 

caille sirop


Comment faire ? Simplissime !
Laver le végétal de choix (- découper) - mettez dans un bocal - ajoutez du sucre – attendre - enlever le végétal - attendre. Voilà c'est tout.
Théoriquement tous fruits et tous légumes, même les algues sont possibles. Toutefois, on réussi mieux avec les produits plutôt n'ayant pas beaucoup d'eau (par exemple la pastèque ne serait pas un ingrédient idéal) et ayant un goût intense ou acide (coing, raisin, prune, agrume, mure, pissenlit, chicorée, ail...etc. La quantité de sucre ajouté est en générale égale au poids du végétal, alors que seulement 50% pour les racines et les feuilles.
La préparation se passe par deux étapes: la macération, elle dure 3mois en générale, sauf les racines qui dureront 1ans. La deuxième étape commence après le dégagement du végétal en laissant le sirop continuer la fermentation.
Pendant le temps que le sirop gagne tout son avantage diététique et gustatif, c-à-d, minimum 1ans, on peut tout de même en consommer une partie du cheong de fruits pour faire des boissons après une semaine passé. 3mois passé, le sirop n'est toujours pas encore fermenté, mais gagne la saveur assez riche devient intéressant pour la cuisine parfumée.  

Ici, le cheong d'abricots et de rhubarbe

cheong abricot

 

cheong rhubarbe


Préparation : Soyez propre sans être maniaque du désinfection.
-Choisissez un bocal proprement lavé et essuyez avec du coton imbibé de l'alcool
-Laissez partir l'odeur de l'alcool
-Choisissez le fruit : bien frais et ferme, biologique si possible
-Lavez et essuyez avec le papier absorbant, séchez bien la peau
-Découpez les tiges de rhubarbe tous les 2cm / Petits fruits type mûre ou cerise sera sans découpe / Fruit moyen type abricot, en quartier / Grand fruit comme coing ou pomme, en petits coupures / Enlevez les noyaux et les pépins (les petits pépins, par exemple, de raisin peuvent rester
-Déposez dans le bocal sec en alternant le sucre et le fruit : la même poids le sucre et le végétal
-Finissez en couvrant généreusement le fruit avec du sucre / On peut remplacer le sucre par le miel. Dans ce cas, la quantité du miel est 120% du poids du végétal.
-1er et 2eme jour: le sucre fond et descend / 3-4eme jour: Remuez une fois par jour pour que le sucre déposé au fond fonde.
-Gardez le bocal dans un endroit ombré et frais : il a besoin d'air, couvrez l'entrée du bocal avec du papier ou du tissus, ne fermez pas à fond le bouchon
-Durant 3 mois, surveillez et remuez doucement de temps en temps (une fois par semaine ou 10jours) pour qu'il n'y ait pas de moisissure sur le végétal remonté à la surface (Que le végétal soit toujours couvert de l'eau sucré !)
-Après 3mois, enlevez le végétal à l'aide d'une cuillère ou uns petite passoire bien propre, et laissez continuer le sirop fermenter : Désormais pas besoin de surveiller, vous pouvez même l'oublier, Cependant jetez un coups d'œil de temps en temps pour lui demander si tout va bien. Il ne sera pas dérangé.

 

 

 

 

Posté par Luna k à 09:00 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur « Cheong » Sirop fermenté de fruit (ou de légume) sans cuisson

    Très intéressant! Moi qui aime beaucoup tester différentes fermentations, cette version très simple me séduit!

    Posté par Sylvain, 01 juil. 2013 à 09:12 | | Répondre
    • Oui, tres simple. C'est un peu long à attendre, mais on le met au coin tranquille et il suffit de l'oublier .

      Posté par Luna k, 01 juil. 2013 à 23:23 | | Répondre
  • Justement j'ai de la rhubarbe dans le jardin... c'est une fermentation alcoolique, ça, non ?

    Posté par _Marie_Claire_, 01 juil. 2013 à 09:59 | | Répondre
    • C'est bien la fermentation alcoolique.

      Posté par Luna k, 01 juil. 2013 à 23:24 | | Répondre
  • Je reviens laisser un petit mot parce que je viens de me rendre compte de tout ce que nous, les occidentaux contaminés par l'hygiénisme et le pasteurisme, avons à désapprendre. On nous a appris depuis tout petit que fermenté = pourri, = bon à jeter = mauvais, poison, toxique. Alors que c'est tout le contraire !
    Il y a plein de gens qui ne veulent même pas laisser les fruits macérer dans le sucre plus de 24 heures avant de faire les confitures, parce que "ça peut fermenter", sous entendu : "et devenir toxique". Et on se plaint du gaspillage alimentaire !

    Posté par _Marie_Claire_, 01 juil. 2013 à 17:52 | | Répondre
    • En Occident, l'esprit "scientifique" de l'homme a voulu maitriser et de conquérir la nature. heureusement aujourd'hui, on est plus conscient de la force et la necessité de la nature pour le bien être de l'homme.
      Ceux qui ne peuvent pas distinguer la fermentation et la putréfaction n'ont qu'a préférer respirer du Javel ...
      Une histoire un peu morbide, mais un côté drôle: il parait que aujourd'hui, ça prend bien plus de temps qu'un cadavre se décompose qu'avant, car les gens ont mangé tellement de conservateur & cie dans son vivant. Ce n'est pas une blague.

      Posté par Luna k, 01 juil. 2013 à 23:41 | | Répondre
  • Je ne connaissais pas tout cela.
    J'imagine la tête de ma femme et de ma fille me voyant mettre des algues et du sucre dans un bocal, et le stocker pendant 3 mois en le remuant amoureusement chaque dimanche...

    Posté par Patrick Cadour, 02 juil. 2013 à 05:15 | | Répondre
    • Elles t'interdiront de fréquanter les blogeuses, bien sûr.

      Posté par Luna k, 02 juil. 2013 à 14:05 | | Répondre
  • Faut pas en arriver là. laisse tomber le cheong d'algue. Mais tu leur en fais avec le coing (en automne), elles t'adoreront.

    Posté par Luna k, 02 juil. 2013 à 14:26 | | Répondre
  • Merci. Tout simplement merci pour ce blog merveilleux que je suis silencieusement depuis des années... Merci pour ses recettes, sa philosophie, sa simplicité parfois déroutante pour un esprit trop rationnel. J'ai eu la chance de passer mon enfance dans une île où la population était en partie chinoise, mon goût s'y est formé sans censure. Quelle chance !

    Posté par CookEco, 02 juil. 2013 à 18:11 | | Répondre
    • C'est moi qui vous remercie d'être fidèle lectrice.
      Les mots d'encouragement me sont précieux et les curiosités de mes visiteurs me nourrisent.
      C'est vrai que c'est une chance de pouvoir voir le monde de differentes angles.

      Posté par Luna k, 02 juil. 2013 à 23:06 | | Répondre
  • La date dans la dernière image !

    Posté par yuko, 03 juil. 2013 à 17:09 | | Répondre
    • Bien vu ! c'est juin, non pas juillet !!!!

      Posté par Luna k, 03 juil. 2013 à 23:26 | | Répondre
  • Cette préparation me fait penser au sirop de radis noir pour traiter la toux.
    La macération est beaucoup plus courte (1 à 2 jours) mais les quantités sont les même (poids égale de radis et de sucre candi).

    Posté par Jérémie, 04 juil. 2013 à 09:24 | | Répondre
    • Cheong aussi, il était jadis d'abord l'usage médicale - cela dit, dans la cuisine coréenne, les mets sont "prescrits" au mangeur selon ses besoins diététiques. Pour cette raison, on en fait souvent avec l'ail, des racines, des feuilles de pin etc.

      Posté par Luna k, 04 juil. 2013 à 22:07 | | Répondre
  • Merci,
    J'imagine ce que ça peut donner avec des fraises et des framboises parfumées!
    Petite question: fureur des vivres, c'est fini?

    Posté par Lallamariam, 08 juil. 2013 à 18:30 | | Répondre
    • Ce sera sans doute un délice riche en arôme avec des fruits rouges !
      Oui, le site "Fureur des vivres" ne publie plus, dommage. C'etait une entreprise spontanée et sans publicité, ce qui est rare de nos jours, hélas, il est tres difficile de maintenir et a besoins beaucoup de temps...

      Posté par Luna k, 08 juil. 2013 à 22:41 | | Répondre
  • j'ai une question : on peut manger les fruits après les 3 mois passés dans le sirop ?

    Posté par _Marie_Claire_, 01 août 2013 à 14:47 | | Répondre
    • Bien sûr, c'est comme le confit au sucre, sauf qu'ils ont moins de parfum, puis qu'ils sont infusés.
      ça se conserve très longtemps, il me reste aujourd'hui encore les prunes que j'ai retiré au decembre 2012, ils sentent de l'alcool, j'en mets dans les gateaux ou dans la cuisine sucré-salé etc. Ou je grignote de temps en temps tel qu'il est.

      Posté par Luna k, 01 août 2013 à 20:00 | | Répondre
  • Super ! Donc c'est normal si ça sent l'alcool. Je m'inquiétais un peu pour ma
    rhubarbe, j'ai eu peur qu'elle ait pris un coup de chaleur...
    Tu sais, j'ai aussi en ce moment un bocal d'hydromel en cours... ça fermente bien aussi.

    Posté par _Marie_Claire_, 01 août 2013 à 21:40 | | Répondre
    • Faut dire que avec la chaleur de ces derniers jours, la fermentation a été effectivement acceléré. je me rappelle que le cheong de prunes, commencé semptembre et les fruits retiré en decembre sentaient moins d'alcool.
      Mais bon, le but est une fermentation alcoolique ! Goute la liquide, elle doit être bonne (mais pas encore bien fermentée. J'ai quand même déjà gouté mélangé avec du vin blanc !).
      Tant qu'il n'y ait pas de moisissure, c'est sur le bon chemin.
      N'oublie pas de remouiller de temps en temps les fruits qui remontent à la surface.

      Posté par Luna k, 01 août 2013 à 22:54 | | Répondre
  • Ok ! pour l'instant tout va bien, pas de moisissures, le liquide est limpide, avec des très fines bulles. Je goûterai demain, là il est trop tard !

    Posté par _Marie_Claire_, 01 août 2013 à 22:58 | | Répondre
  • J'ai lancé un cheong de prunes il y a une quinzaine de jours. Les fruits étaient sans doute trop mûrs, une partie de la pulpe s'est délitée dans le sirop. Cela peut-il poser problème ? J'espère ne pas devoir le remuer tous les jours durant six mois...

    Je viens d'en lancer un autre avec une petite récolte de mûres et de sureau.

    J'aimerais bien aussi essayer avec de l'ail. Est-il préférable de légèrement l'écraser ou de le couper en morceaux ?
    Merci par avance pour tes conseils !

    Posté par Alinea, 20 août 2013 à 11:35 | | Répondre
    • Le plus important ,c'est qu'il n'y ait pas de moisissure à la surface.( il m'est arrivé une fois, mais juste sur quelques morceaux de fruit, j'ai donc, jeté les morceaux, pour le reste, bien bouilli, mixé et finalement il a été fini comme confiture...)
      Quand, effectivement, les fruits sont trop mures ou il fait trop chaud (au début de fermentation), ça peut ramollir, il resulte un gout un chouïa trop alcoolisé et la couleur un peu sombre, mais rien de grave.

      En tout cas, c'est mieux d'enlever la partie délitée autant que tu peux (pas de stresse).
      Tu laisse le reste continuer en remuant tous les 10jours ou une semaine (pas tous les jours) durant 3mois. (c'est en fait une précaution contre moisissure, en réalité on peut dispenser de remuer après un mois, mais c'est bien la précaution)
      Par contre, on enleve (ou filtre) tous les morceaux ou pulpes au bout de TROIS mois;

      L'ail, très bonne idée, l'hiver sans rhume garanti ! Enlever la peau de chaque gousse et mettre entier tel qu'il est.

      Posté par Luna k, 20 août 2013 à 14:01 | | Répondre
  • Merci beaucoup pour toutes ces précisions !
    Je viens d'inspecter le bocal. Des petites moisissures blanches venaient d'apparaître sur le haut de ses parois. Je les ai retirées et j'ai transféré le contenu dans un autre bocal, mais ça me semble mal parti, cette histoire...
    Une bonne partie de la pulpe s'est mélangée au sirop. Il y en aura donc toujours à la surface, comme il en reste sur les parois du bocal quand je l'agite doucement.
    Et c'est bien trop tôt pour le filtrer maintenant, comme il n'a que quinze jours.

    Ce sera sans doute plus simple avec l'ail ? J'ai préparé un petit bocal.

    Posté par Alinea, 21 août 2013 à 14:38 | | Répondre
    • Effectivement, votre cheong a l'air mal parti. Il vaut mieux de faire bouillir et utiliser comme simple sirop... Ne vous découragez pas, mai aussi j'ai eu mes echec.
      Si vous avez bien mesuré le poids de l'ail et le sucre et votre bocal est correcement nettoyé, il y a pas de raison que ça marche pas. Essuyez bien l'eau, apres le lavage et, remuez 1 fois par jour les premiers jours(3-4 j) jusqu'à ce que le sucre fond completement.
      J'ai vu aujourd'hui une emission tv coréen sur le cheong de plantes sauvages, ça a l'air vraiement bénéfique à notre santé. J'aimerais traduire le contenu de l'emission, meme partiellement. J'espere de trouver le temps pour.

      Posté par Luna k, 23 août 2013 à 00:13 | | Répondre
  • Ah oui, ça doit être très intéressant ! J'ai lancé une lacto-fermentation de pourpier sauvage du jardin, une plante excellente.

    Je crois que je n'ai pas fini de vous embêter avec le cheong... Le sucre a bien fondu dans les bocaux d'ail et de mûres, mais le liquide est insuffisant pour recouvrir les végétaux. J'ajoute de l'eau et du sucre ?

    Posté par Alinea, 23 août 2013 à 10:36 | | Répondre
    • CHEUNG D'AIL
      Pas d'eau et le sucre, mais possible d'ajouter au lendemain (ou 2-3jours plus tard) du miel de 20% de poids de l'ail ou un sirop bouilli (50% d'eau 50% sucre)

      Effectivement, on dit que l'ail prend beaucoup plus de temps, 15jours, à faire fondre le sucre, alors que les fuits comme prune par exemple ne prend que 3-4jours.
      Tu a 3 options :
      -Meme poids l'ail et le sucre, puis attendre 15 jours en remuant régulièrement.
      -Meme poids l'ail et le sucre, et on ajoute du miel de 20% de poids de l'ail, ça accélère la fonte de sucre.
      -Mettre plus de ail que le sucre, par exemple 1kg de l'ail et 800g de sucre

      L'objectif est toujours de faire mouiller (ou ne pas exposer les végétaux en contact avec l'air). c'est pour ça que l'on met une couche epaisse de sucre à la fin.

      Regarde des photos ici : (la couleur change au bout de 1an)
      http://blog.daum.net/rda2448/6977037
      http://blog.naver.com/PostView.nhn?blogId=furnsolai&logNo=80175496394
      (il y a des gens qui le font avec l'ail haché aussi)

      Posté par Luna k, 24 août 2013 à 11:43 | | Répondre
  • Un dossier passionnant de la FAO sur les fermentations (de céréales)

    Posté par Lalla, 24 août 2013 à 19:06 | | Répondre
    • C'est pointu l'article, je lirai , merci Lalla !

      Posté par Luna k, 25 août 2013 à 20:41 | | Répondre
  • http://www.fao.org/docrep/x2184e/x2184e09.htm#fer

    Posté par Lalla, 24 août 2013 à 19:06 | | Répondre
  • Merci encore. Je vais donc ajouter un sirop de sucre.

    J'ai un autre problème avec les bocaux de mûres et sureau : les baies remontent systématiquement à la surface.
    Peut-être pourrais-je écraser le tout au moulin à légumes et transférer le liquide dans une bouteille ? En la remplissant jusqu'en haut, il y aurait moins de contact avec l'air ? J'y ai pensé en découvrant cette recette, qui rappelle un peu la tienne, mais avec des fruits pressés : http://www.aujardin.org/jardin-photos-soupcon-poesie-moldau-vous-invite-t165556-75.html (en milieu de page).

    Posté par Alinea, 27 août 2013 à 13:55 | | Répondre
    • C'est tout à fait normal que le végétal remonte à la surface (regarde la photo du cheong d'abricots plus haut). il suffit de remuer au début de temps en temps pour qu'il soit imbibé de sirop.
      De toute façon il y aur atoujours un peu de conctac avec l'air, mais je n'ai pas vraiment le probleme. D'ailleur il faut de l'air, il faut pa fermer hermetiquement.
      On peut aussi ecraser, j'ai vu le cheong de l'ail ecrasé.
      Par contre, remplir jusqu'en haut n'a pas l'air bonne rsolution

      Posté par Luna k, 28 août 2013 à 10:18 | | Répondre
  • Merci - avec beaucoup de retard... - pour ces derniers conseils.
    Le cheong de prunes, qui semblait mal parti, paraît finalement réussi. Je viens de le filtrer et en ai profité pour le goûter. La puissance de son goût est surprenante !

    Posté par Aline, 02 nov. 2013 à 14:49 | | Répondre
    • Ah, super s'il a du bon gout comme ça !
      Moi aussi j'aime bien boire en ce moment mon cheong d'abricot en tisane, (mais pas trop souvent, c'est beaucoup de sucre quand même) et sinon, principalement je l'utilise pour la cuisine sucré-salé à la place du miel ou du sucre.

      Posté par Luna k, 06 nov. 2013 à 23:17 | | Répondre
  • Le cheong de prunes qui était mal parti poursuit bien sa vie. J'en ai utilisé pour confire des oeufs au shoyu, selon ta recette.

    J'ai filtré aujourd'hui le cheong de mûres et sureau. Il est déjà bien meilleur que les "crèmes de mûres", même artisanales, que j'ai pu goûter. Le goût du sucre n'est pas dominant comme dans ces dernières, c'est surprenant.

    Mais ce qui me plaît le plus, c'est le cheong d'ail. Il a seulement trois mois et je dois me maîtriser pour ne pas le consommer à la cuillère... Tu disais qu'il change de couleur avec le temps, ce que l'on voit sur les liens que tu cites. Il est donc préférable de laisser encore les gousses macérer ?

    Un très très grand merci pour cette recette ! Je n'apprécie pourtant pas trop les goûts sucrés mais elle m'ouvre des horizons nouveaux.

    Posté par aline, 25 déc. 2013 à 22:44 | | Répondre
    • Oui, j'ai vu sur l'internet les gens qui laissent pendant 6mois l'ail dans le sirop avant de filtrer.
      Ces sirops sont tres bien pour donner "un plus" dans l'alchimie de cuisine.
      Cela dit, attention le sucre, c'est toujours le sucre, même le miel qui est pourtant bien pour la santé.
      Bonnes fêtes Aline !

      Posté par Luna k, 27 déc. 2013 à 23:35 | | Répondre
  • Merci, bonnes fêtes à toi aussi !
    Je considère le miel comme un produit médicinal, j'en consomme donc rarement et en très petite quantité. Pour apporter un goût légèrement sucré à certaines préparations, j'utilisais surtout le mirin.
    Ce cheong d'ail est vraiment excellent, mais je crois qu'il ne va pas être facile à doser... Une toute petite cuillère laisse longtemps le goût d'ail en bouche.

    Posté par aline, 29 déc. 2013 à 13:55 | | Répondre
  • Tu es tres calée en cuisine asiatique !

    Posté par Luna k, 30 déc. 2013 à 10:36 | | Répondre
  • Non, pas du tout. J'ai simplement intégré dans ma cuisine quotidienne des produits asiatiques que j'ai trouvés extraordinaires et dont je n'ai jamais pu me passer : les algues, les sauces de soja, le miso, les umeboshi, le riz gluant, le sésame...
    Comme toi, je mélange les cultures dans ma cuisine et n'ai donc jamais l'impression de "cuisiner asiatique".

    Posté par Aline, 30 déc. 2013 à 16:50 | | Répondre
  • Bonjour,
    Faut-il impérativement attendre 3 mois de mûrissement du sirop ? je me pose cette question car j'avais fait 'instinctivement ' une boisson en laissant la rhubarbe fondre le sucre que j'avais généreusement saupoudré car celle-ci est très acide... macération d'une nuit seulement, je trouvais à mon goût ce breuvage que je diluais en suite pour m'en faire un litre...
    Seulement une fois j'ai oublié mon fameux litre durant 3 jours, quand j'ai débouché la bouteille hermétique on eut dit du champagne ! ça a moussé, comme ça ne sentait pas mauvais, je me suis risquée à goûter => un délice finement pétillant...
    Et dès que je remettais mon breuvage en ayant simplement rincer et non stériliser la bouteille, la même fermentation se produisait, ça semble non alcoolisé... mais ne sachant s'il y avait un risque pour la santé à consommer j'ai tout arrêté, peut-être à tort, qui sait ?... mais je m'intéresse donc désormais aux fermentations de fruits (ou même légumes) et je vois que tous disent 3 mois.

    Posté par Edith, 08 janv. 2014 à 19:37 | | Répondre
  • Superbe Blog, poétique et tout en finesse, qui me fait découvrir une cuisine et des traditions que je connais très peu. Merci de partager avec nous! J'ai commencé à faire fermenter un coing en décembre. Comme je trouvais que le niveau de liquide baissait et que je voulais qu'il en reste dans un an (!), j'ai remplacé la fermeture en papier par un couvercle plus hermétique, il y a environ 15 jours. Est-ce pour cette raison, j'ai constaté des petites moisissures grises à la surface. Mes morceaux de coing sont trop petits, je n'ai pas pu les enlever, alors j'ai tout mélangé. Depuis, j'essaie de secouer mon bocal tous les 2-3 jours (avant c'était toutes les semaines). Est-ce que ça va marcher? Pour l'instant, l'odeur est agréable. Est-ce qu'il y a un risque pour la santé. Merci. Catherine

    Posté par Catherine, 18 janv. 2014 à 12:49 | | Répondre
    • Bonjour Cathrine,
      Merci pour vos mots aimables sur mon blog !

      Probablement les morceaux de coing ont été exposés à l'air avant qu'ils soient suffisament enduits de sucre fondu. Pour cette raison, pendant la premiere semaine, il faut remuer souvent (une fois par jour ou deux jours pour faire fondre le sucre et ne pas laisser secher le végétal dans l'air

      Hummm, Peut-être ils étaient peu ou morts asphixiés (?) depuis que vous avez melangé...?
      Mais de toute façon, à votre place je n'aurais pas melanger la moisissure.... j'aurais jeté les morceaux qui étaient à la surface de liquide, et pour le reste, prefereré BIEN BOUILLIR et boire comme une tisane de fruit cuit, c'est aussi bon comme ça.

      Le fait de fermer avec le bouchon hermetique ne provoque pas de moisissure.
      Bon courage.

      Posté par Luna k, 19 janv. 2014 à 11:00 | | Répondre
      • Merci pour votre réponse. En fait les premiers jours, j'ai remué très régulièrement. C'est seulement lorsque j'ai espacé les "remuages"(!) , au bout d'un mois , que j'ai été moins régulière…Bon, puisque c'est fait, je vais continuer comme ça, pour voir...

        Posté par catherine, 21 janv. 2014 à 06:38 | | Répondre
  • Je viens de commencer un cheong de coing et j'ai 2 questions : Comme ce n'est pas facile de remuer le sucre au fond du pot quand le pot est couvert d'un tissu & élastique - est-ce qu'on peut y introduire une fourchette pour remuer le sucre qui est au fond ? Ou bien fermer hermetiquement le temps de remuer ?
    A partir de quand est-ce qu'on peut fermer le bocal avec un couvercle ou est-ce qu'il faut laisser le tissu ou papier pendant un an ?

    Merci encore pour tout ce que vous mettez à disposition sur votre blog - il est passionnant !

    Posté par Karen, 12 nov. 2015 à 21:23 | | Répondre
    • oui, vous enlevez biensur le tissu couverant pendant le remous, remettez le tissu apres.
      Vous pouvez fermer normalment avec le couvercle apres avoir enlevé le vegétal, 3mois apres donc.

      Posté par Luna k, 13 nov. 2015 à 22:56 | | Répondre
      • Super, merci pour votre réponse!

        Posté par Karen, 14 nov. 2015 à 10:14 | | Répondre
  • Bonjour Nick,
    Je tenais d'abord a vous remercier pour votre blog qui m'a fait découvrir le Cheong.
    J'en ai fait un au Coing du Japon qui est en cours depuis un mois et demi avec 3kg de fruit. Et aujourd'hui, je m’apprête à en faire un autre avec du Gingembre, péché mignon de ma fille. Je vais donc suivre vos conseils en considérant que le gingembre est une racine et qu'il faut utiliser moitié moins de sucre que pour un fruit.
    Merci encore et bien à vous

    Posté par Grégoire, 15 déc. 2015 à 17:13 | | Répondre
    • Bonjour Grégoire,
      Bon succès !

      Posté par Luna k, 17 déc. 2015 à 11:19 | | Répondre
  • Bonjour Luna,

    Merci encore pour la découverte du cheong ! Il me reste encore du cheong de prunes lancé il y a quatre ans, qui pourtant a posé des problèmes au "démarrage". Merci encore pour les conseils que tu m'avais donnés à ce sujet.
    Son goût a évolué au fil du temps et il est excellent. Il apporte un "plus" certain à la confection de la sauce teriyaki.
    Je l'utilise aussi parfois en cocktail : deux cuillères à café dans un verre de vin blanc.

    Le cheong d'ail s'est conservé moins longtemps. Il a fini par moisir et je l'ai jeté. Son goût était surprenant, presque "boisé" ou "résineux". Une vraie gourmandise !
    J'en relance un aujourd'hui.

    Je vais en tenter un avec les pommes du jardin de ma voisine.

    Le cheong de gingembre me tente bien aussi. Des nouvelles de celui de Nick ?

    Posté par Alinea, 28 août 2017 à 15:13 | | Répondre
  • Bonjour, le cheong de coing conserve combien de temps? Merci

    Posté par ghislaine, 16 mai 2018 à 09:23 | | Répondre
    • Bonjour,
      Facilement plusieurs mois, voire 2 ou 3 ans.

      Posté par Luna k, 27 mai 2018 à 22:35 | | Répondre
  • Bonjour Luna
    Merci de mettre ton savoir à notre service !
    Quelle est la teneur moyenne en alcool du cheong ?

    Posté par Laurence, 24 mai 2018 à 16:15 | | Répondre
    • Bonjour,
      Non, le cheong n'est pas alcoolisé.

      Posté par Luna k, 27 mai 2018 à 22:25 | | Répondre
  • Merci, c'est plutôt une bonne nouvelle. Mais comment se fait-il qu'il n'y ait pas d'alcool alors qu'

    Posté par Laurence, 28 mai 2018 à 07:39 | | Répondre
  • Merci pour votre réponse qui est plutôt une bonne nouvelle. Comment se fait-il qu'il n'y ait pas d'alcool alors qu'il y a du sucre et qu'il s'agit d'une fermentation alcoolique ?

    Posté par Laurence, 28 mai 2018 à 07:43 | | Répondre
  • Une remarque sur la durée de vie du cheong. Une partie de mon cheong d'ail avait moisi au bout de plusieurs mois, mais j'ai retrouvé un bocal oublié dans le fond d'un placard. Après plus de cinq ans, il se porte toujours très bien !

    Posté par Alinea, 28 mai 2018 à 17:39 | | Répondre
  • Bonjour et merci pour vos recettes! Ici je ne trouve que du sucre roux, et je voudrais faire du cheong de gingembre. Vous dites qu'il faut pour des racines il faut la moitié moins que pour des fruits. Dans le cas du sucre roux, ça reste la même valeur? Merci par avance

    Posté par Titaneskia, 03 oct. 2018 à 14:59 | | Répondre
  • Bonjour, et merci beaucoup pour ce beau partage, je suis ravie de cette découverte moi qui suis fan de fermentations
    J'ai deux questions : savez vous si l'on peux faire un Chéong à partir de fruits congelés (je pensais à des framboises) ? Et pour une version au gingembre, faut il obligatoirement le peler ? (si j'ai bien compris pour ce dernier, ce serait 1 an de temps de fermentation et moitié de sucre par rapport au poids de racines ?) Merci d'avance pour vos réponses <3

    Posté par florence hendel, 03 oct. 2018 à 16:38 | | Répondre
Nouveau commentaire