14 sept. 2013

La gastronomie pour tous

C'est la rentrée
L'air se rafraichit, la vie en plein air rentre à la maison, la récolte automnale garnit richement notre panier de courses, on a envie d'une cuisine bien élaborée après les repas légères estivales. Oui, il fait bon temps de mitonner le manger dans la cuisine chauffée de la chaleur du fourneau et parler de la cuisine.

Doisneau enfant baguette

Que la fête commence
Sur l'initiative de Mme Sylvia Pinel, ministre de l'artisanat, du commerce et du tourisme, 27 chefs ont monté 27 recettes régionaux gastronomiques simples à faire au prix abordable dans le but de célébrer la 3ème édition de la fête de la gastronomie qui commencra du 20 jusqu'au 22 septembre 2013.
J'ai été invitée, avec quelques autres auteurs de blog, à l'atelier de « Recette gastronomique avec moins de 5euro » au CFA Médéric en présence de la ministre, du chef de l'Élysée M. Guillaume Gomez, de jeunes apprentis du centre et de leur professeur. Le chef nous a montré comment préparer en un tour de main le délicieux plat «Suprême de volaille, tapenade d'olive noire et croûte de sésame (les détails ici)». La recette est vraiment simple et gouteuse, on enrobe les filets de volaille badigeonnés du tapenade avec des bandes de pâte feuilletée et hop, au four. Avec le reste de viande, on fait une sauce.


Fete gastronomique1
L'ambiance était décontractée. Au moment où le chef sort la pâte et le tapenade déjà préparées, nous, surtout Mme Pinel qui défend l'idée de « fait-maison », l'avons taquiné en disant : « ce n'est pas une recette si simple, si on devait faire tout cela à la maison » !
Or, de nos jours, beaucoup de mère de famille travaillent, et elles n'ont pas envie de passer tout son temps libre à la cuisine (il n'y a pas que la cuisine dans la vie). Bien que la recette de notre chef comprend quelques prêt-à-employer, si une mère la réussi joliment et facilement, la nappe propre, la dégustation attentionnée et de quelques critiques favorables des enfants et du mari s'ensuivront naturellement. Alors encouragée, elle aura envie d'apprendre à préparer elle-même la tapenade pour la prochaine fois. C'est déjà un petit victoire contre le plat surgelé prêt-à-être-micro-ondé que l'on mange sans moindre engagement.

 

Fete gastronomique



La gastronomie, est-elle dans une portefeuille bien garnie ?
Il est vrai que le terme évoque une image élitiste, mais ce n'est qu'une apparence, il est temps de dévoiler les ingrédients de la gastronomie et la reconsidérer à sa juste valeur.
Si, à la naissance du mot « gastronomie », la notion de l'abondance, voire de la débauche n'a effectivement pas été totalement absente dans sa définition, elle a évolué avec le temps. Aujourd'hui où la bistronomie et la cuisine de rue sont vénérées, enfermer dans une prison dorée n'est pas la meilleur façon de préserver la gastronomie. Au contraire, libérée de la lourdeur de l'addition et de l'aveuglement par les éclats trop brillants de cristalo-argenteries, elle peut enfin délivrer son vrai sens de bien-manger pour le corps et l'esprit.

Les épicuriens sont dans le jardin
On dit l'école du jardin pour caractériser l'épicurisme dont le thème cher est le bonheur naturel. Voilà la gastronomie au retour à l'école du jardin pour apprendre ce qui est vraiment bien-manger pour bien-être. On y parle du plaisir, de la nature, des saisons et de la convivialité.
Ainsi, la table des épicuriens serait dressée avec des produits de saison préparés avec les soins, non pas forcement avec des luxures. Les convives partagent non seulement les mangers, mais les paroles et les idées aussi, car la discussion est un ingrédient-clé qui relève l'acte de manger au rang de l'art de vivre. La gastronomie est une culture.

Le parfum de la France
Quand on évoque la gastronomie et l'art de vivre, on ne peut pas ne pas sentir le parfum de la France. Est-ce que ce sont les grands penseurs des Lumières ou les grands gastronomes épicuriens ou les grands couturiers et artistes qui auraient constitué cette image de l'élégance à la française ? Ils ont certainement tous y contribué et souhaiteraient que cette culture reste vivante chez les gens au lieu d'être figée comme une belle chose dans un beau musée.
Je suis un de ces étrangers attirés par le rayonnement de la culture française, et maintenant moi-même participe à son évolution. La preuve que la culture, au même titre que la gastronomie, est vivante. Souhaitons sa longue vie, et à cette occasion de la Fête de la Gastronomie, si vous êtes un passionné de la cuisine, partagez votre savoir faire avec vos entourages en montrant comment le moment gastronomique peut être simple, et que l'essentiel est de se réunir autours des plats préparés avec attention et sentir ce que la nature nous offre.

Liens utiles pour participer de près ou de loin à la fête de la gastronomie:

www.fete-gastronomie.fr
http://facebook.com/fete.gastronomie
http://twitter.com/@_gastronomie_
http://plus.google.com/115577630147428611902

Posté par Luna k à 15:35 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur La gastronomie pour tous

    Très bien écrit et bien intéressant ton article. Je vais garder en mémoire le terme de bistronomie et est clairement à la mode de nos jours.
    Bon WE

    Posté par Macaronette, 15 sept. 2013 à 00:26 | | Répondre
    • Bonjour Macaronette,
      Ave ton talent, chez toi ça doit être tout les jours gastronomique !

      Posté par Luna k, 15 sept. 2013 à 11:38 | | Répondre
  • Tu as raison, il n'y a pas que la cuisine dans la vie, il y a aussi les restaurants.

    Posté par Patrick Cadour, 18 sept. 2013 à 07:52 | | Répondre
  • Bien vu !

    Posté par Luna k, 18 sept. 2013 à 13:39 | | Répondre
  • Merci pour la recette, ça a l'air bon, et je cherchais justement une recette sympa pour dimanche de escalopes de poulet.

    Posté par jojo, 19 sept. 2013 à 12:06 | | Répondre
    • Alors, je te souhaite bon repas de dimanche. j'aime beaucoup cette coutume de repas de dimanche.

      Posté par Luna k, 19 sept. 2013 à 20:10 | | Répondre
Nouveau commentaire