16 févr. 2018

Lune, soleil, lune, soleil, le temps coule et la bonne soupe coule

 

annéé du chien

 

2018 l'année de wouaf wouaf !


Bonne année  mes chers lecteurs ! Je vous salue lunairement, aujourd'hui 16 février est le premier jour de l'an 2018.
Bien que les occidentaux appelle le nouvel an chinois, il n'y a pas que la Chine, mais beaucoup d'autre pays asiatiques célèbre le nouvel an à ce jour  ;  la Corée, le Vietnam, la Mongolie, et les pays ayant une forte lien avec la Chine, comme Taiwan, Singapour, Macao en font aussi. Ce n'est pas le cas du Japon, car dès le XIXe siècle, il a adopté officiellement le calendrier solaire grégorien.

Je n'ai pas honte de faire abusivement le nouvel an deux fois par an, (je n'ai pas l'impression de prendre deux ans en une année...) l'un selon le coutume d'ici en France et l'autre selon le coutume coréen. Pourquoi pas ne pas profiter des occasions des gourmandises et des réunions festifs  ?
Je prépare la soupe spéciale nouvel an, un de mes plats préférés et partage avec mes amis. Voilà la fête des expatriés coréens célébrée tout simplement.
Le nouveau phénomène, ici comme ailleurs, est que le sentiment cérémonial chargé de devoirs s'estompe de plus en plus. Beaucoup de gens, surtout des jeunes profite du congé donné à cette occasion en partant en voyage avec des amis ou en petite famille, plutôt que de se stresser par le devoir familiale, de la retrouvaille bruyante avec parents, cousins, oncles et tantes etc. comme la tradition exigeait.
Finalement, les dates sont des chiffres indicateurs pratiques pour se localiser dans le temps, mais ce n'est un norme ni universel, ni indispensable.

A chacun son nouvel l'an Il existe plusieurs calendriers à travers de différentes civilisations, basés sur le mouvement du ciel ou des événements religieuses. Le calendrier est un repère primordiale autour duquel s'organise la société. Aujourd'hui, le temps est global, le calendrier réellement fonctionnel dans le monde est grégorien. Les autres calendriers restent plus ou moins à l'usage rituels ou symboliques, quoi qu'il est encore très utile pour l'organisation agricole.

Pour être précis, ce 16 février 2018 est le nouvel an luni-solaire plutôt que lunaire. En Asie de l'Est, le calendrier est fixé en considérant deux planètes, le soleil et la lune. Cette méthode consiste à ajuster la différence du temps entre le lunaire et le solaire en intercalant 7fois le 13ème mois en espace de 19 ans, c'est le cas du calendrier chinois et hébraïque. (Cependant leur façon d'insérer les mois intercalaires est différente, la méthode chinoise est astro-climatique , l'hébraïque tient compte d’événements religieux).
Le nouvel an purement lunaire est musulman, du calendrier hégirien. Etant donnée qu'il est basé seulement sur les mouvements lunaire, il résulte un écart assez large par rapport le calendrier solaire, 42 ans solaires égalerait 43 ans lunaires. Chez les musulmans en générale, le 1er jour de l'an n'est pas très important comparé aux autres jours de fête portant des significations religieuses.

Bon, tous ces mesures et considérations pour (et contre) le temps qui coule, c'est loin, astronomique, mais ici le moment est gastronomique, ma soupe de nouvel an est prête, avec des pâtes de riz blanches rondement douces et des raviolis maison, rehaussée de petits morceaux de viande et de belles couleurs jaune et blanc d'oeuf délicatement cuit, l'arôme de ciboule fraiche le rend définitivement irrésistible. On mange et sent le bouillon gouteux qui coule dans la gorge et apprécie du moments présent, toujours nouveau et unique dans le temps. Avec cette soupe de raviolis, j'ai mes nouvel-ans quand je veux  !

La recette de la soupe en vidéo  :

Capture d’écran 2018-02-16 à 13

Posté par Luna k à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Lune, soleil, lune, soleil, le temps coule et la bonne soupe coule

Nouveau commentaire