27 avr. 2018

Rencontre de deux Corées : Qu'est ce qu'on mange au dîner de sommet ?

Si manger est une acte nourricière pour une survie physique, la cuisine est une pratique de l'esprit de convivialité en plus du manger.
Au delà d'un simple protocole, la cuisine joue un rôle important dans la politique où les rapports se basent sur la démonstration de forces. Le partage d’émotions autours de plaisir de bonne chère est un moyen adoucissant mais aussi une arme efficace pour s'entendre, la gastronomie est un art de la diplomatie par excellence depuis toujours dans la société des hommes.

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 03

Moon et Kim, tête à tête



A la rencontre historique de dirigeants de deux Corées, qui se déroule au 27 avril 2018, la gastronomie assume encore une fois cette mission délicate  : réussir des négociations. Pour cela, le diner est composé de plats riches en symbol et histoire. Je vous raconte ici le menu qui sera au cœur et l'estomac du événement historique.

 

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 03

Salade aux poulpes



Pour commencer, la poulpe péchée dans la mer de Tong-young, pays natal de M. Yun Isang, talentueux artiste accusé faussement d'être un espion en faveur du Nord par le gouvernement anti-communiste extrémiste du Sud. Il s'etait rendu en Corée du nord en 1963 en cherchant une inspiration musicale au pres d'une peinture ancienne dans un site archéologique situé au Nord. Emprisonné à vie par la police du Sud, mais sauvé par la pétition des musiciens allemands, il a fini sa vie en exil en Allemagne sans pouvroir revenir en Corée.

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 03

Rösti


Rösti, mets évoquant de la jeunesse de Kim Jung-en ayant fait ses études en Suisse. Ce plat national suisse à base de pomme de terre représente un esprit «  unificateur  ». Bien que le mot rösti lui-même signifie le clivage entre la suisse alémanique et romande, il est plébicité par toute la Suisse.

 

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 03

Saint-Pierre

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 03

Refugiés et soldat au port de Hungnam en 1950


Plat de poisson Saint-Pierre, spécialité de Busan, du pays natal de M. Jae-in Moon, président actuel de la Corée Sud et l'acteur principal qui a débouché des mois de tensions extrême américano-coréenne du nord vers cette rencontre de sommet.
Il est aussi enfant des rescapés de la guerre de la Corée. Ses parents étaient dans le navire américain Victory dont le capitaine a choisi de transporter 14,000 réfugiés du Nord vers le Sud en décidant de jeter des armes dans la mer lors de l'évacuation Hungnam en la Corée du nord. Sans cette acte d'humanisme, M. Moon ne serait pas là.

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 03

Bœuf réunificateur 

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 03

Convoi de boeufs vers la Corée du nord en 1998



Du bœuf « réunificateur » grillé. C'est l'histoire du fondateur de l'entreprise Hyundai, M. Ju-young Jung, natif du Nord. Souffrant de ne pas pouvoir retourner dans son pays natal, il initie la collaboration économique entre le Sud et le Nord et, en guise d'aide humanitaire, envoie une troupe de 500 bovins d'une race pure coréenne vers le Nord. Dans la ferme de M. Jung au Sud, on continue toujours l’élevage des descendant de ces bovins appelés « boeuf de réunification ».

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 03

Pyeon-su

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 03

Bibimbap


Au souvenir de deux présidents précédents, Muhyun No et Daejung Kim, ayant tenté la dédiabolisation du Nord et le rapprochement entre deux Corées, (Quand jetait petite, je croyais que les communistes avaient le visage rouge ert des cornes !) les cuisiniers ont travaillé des produits de leur pays natale en associant aux spécialités du Nord: Pyeion-su, ravioli natif de Gaesung, ville située en Corée du Nord, il est farci de fruits de la mer venant du pays du Président Kim au Sud.
Voilà le fameux bibimbab, fort en symbol de fusion, «  Mélangez pour faire du goût  !  ». Remarquez ici la provenance de ces légumes, c'est de la DMZ, zone frontalière séparant les deux Corées, no-mans land, donc très propre non pollué. Le riz utilisé dans ce plat vient du pays du président No.

 

 

Capture d’écran 2018-04-26 à 02



Le Nengmyoen, nouilles de sarrasin froides, originaire de Pyeon-yang au Nord. Au Sud, il symbolise la gastronomie du Nord et passionnent les gens du Sud. Quand on est un gastronome, on doit forcement avoir une connaissance distinguée sur ce mets minimaliste au bouillon clairissime. Après tant de discours fantasmé sur ce plat dont la plupart de gens du Sud n'ont jamais gouté l'original (à part des personnes âgées qui ont vécu au Nord avant la guerre), c'est enfin l'heure de découvrir le vrai nengmyeon A.O.C. cuisiné par des spécialistes du Nord.

 

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 03

Une Corée

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 03

Infusion au Hanlabon et gelée au pollen de pin


Pour finir la rencontre en douceur, un dessert en chocolat, décoré d'une image de la Corée réunifiée, apparaissant quand on casse la coque en sphère. Il est suivi de l'infusion à l'agrume issus du mont Hanla, la plus haute au Sud et la mignardise au pollen de pin récoltés du mont Bekdu, la plus haute au Nord.

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 04



Coté alcool, Moonbae-sool, alcool distillé, recette transmise depuis 1000 ans dans la région de l'ancien royaume de Goryeo situé au Nord. Cette alcool est pourtant très populaire au Sud.
Dugyeon-ju, alccol issu de la fermentation de riz et d'azalée. Les Coréens ont un sentiment particulier à l’égard de cette fleur, elle a quelque chose de folklore et présent dans l'image mentale de la nature en Corée. Et puis, elle est la fleur qui annonce le printemps. On porte un toast pour e dégel !

Bon, honnêtement, après un repas aussi chargé de signification et de souhait, on devrait quand même arriver à se réconcilier, n'est-ce pas  ?

Posté par Luna k à 04:20 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Rencontre de deux Corées : Qu'est ce qu'on mange au dîner de sommet ?

    Merci pour le partage et vive l'entente cordiale

    Posté par MICHEL31, 27 avr. 2018 à 07:26 | | Répondre
    • Merci pour la commentaire Michel.

      Posté par Luna k, 27 mai 2018 à 23:01 | | Répondre
  • Merci de ce billet très instructif sur la symbolique de ce menu.
    La nourriture, la cuisine est le plus grand vecteur de symbole et de partage, on le voit au travers des échanges d'ingrédients de par le monde, des influences et des croisement alimentaire, et c'est autour d'une table que l'on se détend et profite ensemble de joli moment.
    Si elle peut amener un rapprochement politique - c'est encore mieux
    bonne journée

    Posté par Macaronette, 27 avr. 2018 à 08:16 | | Répondre
    • Je devrais partager plus de chose sur la cuisine de la Corée du nord...

      Posté par Luna k, 27 mai 2018 à 23:04 | | Répondre
  • Oh la la !! Je n'imaginais pas une telle symbolique !! Merci pour le partage

    Posté par Cathy, 27 avr. 2018 à 09:26 | | Répondre
    • Merci pour votre commentaire !

      Posté par Luna k, 27 mai 2018 à 23:13 | | Répondre
  • Que ce repas fasse enfin se réunir dans la paix et la compassion ces deux nations !

    Posté par latabledemeline, 27 avr. 2018 à 11:50 | | Répondre
    • C'est pas facile...mais espérons...

      Posté par Luna k, 27 mai 2018 à 23:14 | | Répondre
      • Il faudra une double dose de cordial, Moonbae-sool et Dugyeon-ju, pour que le Japon digère le dessert !

        Posté par carla, 28 mai 2018 à 00:02 | | Répondre
        • Oui mais, l'abus d'alcool est dangeureux !

          Posté par Luna k, 29 mai 2018 à 14:58 | | Répondre
          • Sans doute moins qu'un missile nucléaire, qui lui est loin d'être cordial.
            Comme quoi un non-sens peut avoir du bon sens. Attention: humour, risque de dérapage non contrôlé

            Posté par carla, 29 mai 2018 à 21:52 | | Répondre
  • Comme d'habitude, un régal à lire... à défaut de de nourrir le corps, cet article nourrit et enrichit l'esprit. La connaissance par une approche poétique, si seulement ce type d'enseignement pouvait être proposé par l'Education Nationale !

    Posté par carla, 27 avr. 2018 à 13:22 | | Répondre
    • Ah oui, je suis bien d'accord d'enseigner plus les enfants sur les aliments et leurs histoires!

      Posté par Luna k, 27 mai 2018 à 23:13 | | Répondre
Nouveau commentaire