07 mars 2017

Histoire de baguettes : Deux droites qui ne coupent pas

Capture d’écran 2017-03-07 à 10

 

Deux droites qui ne coupent pas, c'était un dessein de Confucius. Une vision de bienveillance esquissée par l'homme éducateur le plus influent en Chine jusqu'aujourd'hui. Il a invité la paix à sa table. Dans son pays, l'objet évocateur de l'arme blanche n'était pas assez digne pour être admis aux arts de la table, ce qui laisse la place à une couple de fines baguettes.
A l'allure élégante, elle se promène d'un plat à l'autre et fait des saut de chat sans bousculer, en picorant paisiblement. Inutile de vaincre la prise, la nourriture est disposée accueillante, découpée en bouchées. L'aliment ouvert et détaillé démocratise la table en maximisant la chance de pendre part pour les convives. Les baguettes justifient le repas comme rite symbolique de partage communautaire.
Toujours en paire et de même taille, en image de réunion et de fidélité, elles sont offertes en guise du cadeau de mariage. Sa droiture lui confère un caractère d’honnêteté, il arrive qu'un roi attribue les baguettes en or pour récompenser des fonctionnaires loyaux.

Au fait, cet objet évocateur de l'arme blanche qui a précédé la baguette serait quoi  concrètement ? Inattendu, mais ça peut être la fourchette  ! Un exemple, vieux de 4000 ans a été excavé au site archéologique Zongri à la La préfecture autonome tibétaine de Hainan. Il mesure environ 25 cm, en os et en forme étonnamment proche de la fourchette actuelle.

 

Capture d’écran 2017-03-05 à 23



En suivant la trace historique, on remonte 3000 ans avant. Di Xin, le dernier roi de la dynastie Shang, est décrit dans les anciens textes Hanfeizi, comme un tyran décadent, des baguettes en ivoire y sont cité comme exemple de son excès de luxe. Parmi les baguettes découvertes, le plus anciennes sont en bronze, datant toujours de l’époque de Shang, trouvé aux ruines de Yin à la province de Henan. Celles d'ordinaire étaient en bambou, les luxueuses étaient en or, argent, jade, corail ou d'autres pierres précieuses. Le modèle en ivoire est l'origine de baguettes en mélamine que l'on voit souvent aujourd'hui au restaurant asiatique.

Tout le monde n'utilisait pas cette technologie au début, elle était d'abord un instrument de «  l’exception  » servant aux rites spéciaux, puis, diffusée chez les aristocrates avant de toucher le peuple. Vers le VIIe siècle, l'outil s'utilise quotidiennement. Dès XIVe siècle, la baguette est diffusée à travers toute les classes de la société, du nord au sud de la Chine.

 

 

Capture d’écran 2017-03-05 à 18

Baguttes en bronze de l'époque de Shang (XVII-XIe siècle av. J. C.)

 

Capture d’écran 2017-03-05 à 23

Baguettes en bambou laquées au site archéologique Mawangdui IIe siécle av. J. C.


A part sa représentation philosophique, ce couvert de table porte des symboles civilisationnels. Parmi plusieurs légendes sur sa naissance, la version la plus citée est celle de Da Yu (XXIIe siècle av. J. C.) qui a eu la mission de résoudre des problèmes d’inondation du fleuve Jaune : Toujours au travail acharné sur le lieu, il n'avait même pas de temps pour se restaurer, alors que deux branches d'arbre permettant d'extraire les contenus de sa soupe encore bouillante lui aurait donné l'idée de cet objet ingénieux.
Croire ou pas cette légende, il y réside des visions significatives de la civilisation chinoise : l'idée de la maîtrise de l'eau, la couleur impériale, jaune et la naissance de Xia, la 1ere dynastie chinoise dont Da Yu est devenu le 1er roi par la suite de sa réussite aux travaux hydrauliques.*

 

Capture d’écran 2017-02-25 à 12

Da yu au travail. Attention, l'outil qu'il tient à la main n'est pas une fourchette, mais une bêche.

 


Avant d'avoir le nom actuel 筷子 kuàizi qui comprend un élément signifiant «  rapide  », les baguettes ont eu plusieurs noms, parmi, 箸 zhù a été notamment répandu.
Durant la dynastie Ming (XIV-XVIIe siècle), la vulgarisation des baguettes est achevée. A cette époque, le centre du pays a été déplacé vers le sud, régions enrichies grâce aux activités maritimes. Or le nom 箸 zhù dont la prononciation est proche à celle du mot « stationnement, planter », rappelle d'une situation fatale pour les pécheurs. Afin de conjurer le mauvais sort, un nouveau nom est inventé à base du caractère « 快 rapide », en y ajoutant l’élément « 竹 bambou ». D’ailleurs, remarquez cette jolie traduction en anglais «  chopsticks » qui inclue le bruitage de promptitude, chop-chop   provenant de kuai-kuai qui veut dire vite-vite en cantonais.

(Bien qu'elles soient asiatiques,) les baguettes ont des jambes longues . Je me demande si ce n'est pas pour se mouvoir dans l'eau sans trop se mouiller... En Chine, l'abondance aqueuse est une condition fondamentale, sans laquelle la riziculture serait impossible, et avec laquelle la mobilisation collective et la gestion stratégique face aux inondations si fréquentes ont finalement constitué le fondement de la vie sédentaire (contrairement à la culture nomade au nord de l'Asie) et de l'esprit de travaux en groupe.
Le bouillon abondant dans un bol de nouilles dont les chinois sont inconditionnels, ils y pêchent des nouilles, des morceaux de legumes et viandes avec les baguettes.


On dit qu'environ un tiers de population sur terre a opté la baguette pour manger, un autre tiers, la fourchette, et le reste, la main. Alors, la baguettes représente-elle réellement la cuisine asiatique ?
En terme de pays, les utilisateurs de cet outils ne sont pas si nombreux que cela: la Chine, le Taiwan, la Corée, le Japon, et le Vietnam.
Les nouilles, la soupe bouillante, voilà des exemples de plats si asiatiques que vous vous imaginez toujours avec une paire de baguette. Or, dans certaines pays de l'Asie de sud-est, traditionnellement, on n’emploie pas la baguette, sauf pour des nouilles, aliment introduit avec l'arrivé des chinois aux pays.

Pourrait-on donc supposer un lien familial entre la nouille et la baguette  ?
Qui dit les nouilles, dit la Chine, dira-t-on. Les nouilles âgées de 4000 ans, les plus ancienne découvertes, ont été présentées récemment lors de la fouille au site de Lajia dans la province de Qinghai, cette apparition semble légitimer la paternité de la nouille à la Chine... mais la rumeur est qu'il ne serait pas son père...

 

Capture d’écran 2017-03-06 à 00

Nouilles de Lajia (haut)
Nouilles de Xinjiang (bas)


L'histoire de cette pâte filiforme dont L'Empire du milieu est fière d'être origine n'est pas si lisse que ça. Autour de cette fabuleuse découverte dont l'objet s'est mystérieusement volatilisé après l'excavation et des manipulations, il reste des soupçons sur son vrai age et de son identité.**
Allons au milieu de l'Eurasie, à Xinjiang. On est toujours à l'Empire du milieu, mais, une région autonome avec une culture toute différente des autres, ici le céréale principale est le blé, non le riz. Ses habitants n'utilisent pas les baguettes, même quand ils mangent de nouilles.
Dans cette région, on a trouvé des nouilles datant 2,500 ans avant, fait de blé, céréale effectivement adapté à la fabrication de pâtes filiformes grâce à sa capacité élastique, alors que celle de Lajia est à base de millet.
Par ailleurs, en Mongolie aussi, on mangent souvent des nouilles, mais avec fourchette.

En observant les diffusions de la nouille et de la baguette, deux clichés forts de la cuisine asiatique, leur lien étroit serait plutôt fraternel, issu de multiples échanges au cours de l'histoire, que sanguin, généré d'un même père. Comme souvent le cas, l'invention culinaire a la poly-paternité.

Qu'en est-il du riz ? Un autre aliment représentatif de l'Asie.
Dans un premier temps, les baguettes ne sont utilisés que pour les mets d'accompagnement, tandis que le riz a été servi à la main. A savoir que  en Asie, «  le riz  » est une appellation générale désignant le repas lui-même ou le céréale principal d'un repas. Aujourd'hui, il signifie dans la plupart de cas le riz (oryza), jadis il signifiait souvent des autres céréales, notamment le millet au nord de l'Asie. Ces graines n’étant pas assez collantes comme le riz, les baguettes n'y étaient pas bien adaptées.

« Les deux baguettes qui ne coupent pas » n'ont pas pu vraiment empêcher la guerre comme souhaitait Confucius. Néanmoins, dans les pays de l'Asie de l'est, cette philosophie de la paix est répandue en synergie avec le bouddhisme et le taoïsme qui enseignent la prévention de la violence de tuer des animaux pour manger.
Aujourd'hui la baguette vit leur propre évolution dans son pays d’adoption, véritable culte ou habitude en déperdition au profit de manger sur le pousse ou de la fourchette, plus facile à manipuler. Je vous en parlerai prochainement.
En attendant, attablez-vous avec Roland Barthes et savourez ses décorticages des baguettes, sensibles et perçants.

-------


* Les historiens occidentaux et une partie de ceux de chinois ne sont pas sûrs que Xia soit la première dynastie chinoise, mais considèrent son existence plutôt comme mythe fondateur.
** Lors d'un tournage d'un documentaire coréen, intitulé «  Noodle Road  » (2008), le réalisateur a voulu filmer les nouilles de Lajia. En interviewant Wang Renxiang, scientifique dirigeant la fouille du site, le réalisateur a appris que ces pâtes sont purement simplement parties en poussières. Une blague ou une façon de refuser le tournage  ?
Mais ça n'a pas l'air une simple blague lorsque que l'on lit l'article de Françoise Sabban, sinologue spécialiste en alimentation, qui remet en doute la validité de cette découverte.


Posté par Luna k à 11:30 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Histoire de baguettes : Deux droites qui ne coupent pas

    Un très bon article merci d'une telle érudition, c'est un agréable partage ! j'adore les baguettes et ne puis m'en passer pour manger asiatique je ne sais pourquoi mais je ne pourrais utiliser de couverts occidentaux dans ce cas ! mais gr$ace à toi j'en ai beaucoup appris ce qui est toujours fort agréable et à tout âge

    Posté par Mimi choucka, 07 mars 2017 à 12:35 | | Répondre
    • Bonjour Mimi choucka,
      Je suis tout à fait ravie de partager !
      A bientot .

      Posté par Luna k, 11 mars 2017 à 12:06 | | Répondre
  • Très belle et instructive leçon d'histoire. Je me suis régalée.
    Grand merci,et bisous mais très ventés. Chris 06

    Posté par chris 06, 07 mars 2017 à 14:03 | | Répondre
    • Bonjour Chris06,
      C'est moi qui vous remercie.
      A bientôt !

      Posté par Luna k, 11 mars 2017 à 12:08 | | Répondre
  • Quel beau billet! merci beaucoup.

    Posté par Alannie, 07 mars 2017 à 15:31 | | Répondre
    • Bonjoue Alannie,
      Merci pour votre commentaire !

      Posté par Luna k, 11 mars 2017 à 12:09 | | Répondre
  • Très intéressant, l'aspect pacifique des baguettes est très beau.

    Posté par Quentin, 10 mars 2017 à 11:01 | | Répondre
    • Bonjour Quentin,
      Oui, le concept initial est effectivement tres symbolique !

      Posté par Luna k, 11 mars 2017 à 12:12 | | Répondre
  • Un tout grand merci pour ce texte à la fois complet, riche, instructif, enrichissant et particulièrement utile pour qui aime connaitre l'étymologie des baguettes, excellent !
    Confucius represente un Maître à Penser pour moi, et sa théorie significative de l'arme blanche et de la baguette me conforte dans la conception géniale de l'éducation du Maître...
    Une très belle journée

    Posté par latabledemeline, 14 mars 2017 à 11:31 | | Répondre
    • Bonjour Latabledemeline,
      Merci pour votre commentaire !
      Bonne journée.

      Posté par Luna k, 30 avr. 2017 à 11:28 | | Répondre
Nouveau commentaire